Le PER : Le prochain placement retraite préféré des Français

Il n’est pas simple de s’y retrouver parmi les différents dispositifs d’épargne retraite. Alors ne boudons pas notre plaisir de les voir regroupés au sein d’une même enveloppe, avec des règles unifiées. C’est la vocation du Plan d’Epargne Retraite (PER), un nouveau produit ouvert à tous, qui dispose de nombreux atouts pour démocratiser l’épargne retraite.

Qu’est-ce que le Plan d’Epargne Retraite ?

Créé par la loi PACTE, le PER est le nouveau véhicule d’épargne retraite qui supplantera progressivement les plans actuels – PERP, Madelin, PERCO et Article 83 – qui ne seront plus commercialisés à partir du 1er octobre 2020.

Le PER peut être souscrit à titre individuel (PER individuel dit PERIN) ou dans le cadre de l’entreprise (PERE). Chaque PER est doté de trois compartiments distincts :

  • Le compartiment individuel accueille les versements volontaires ;
  • Le compartiment collectif accueille les sommes issues de l’épargne salariale (participation, intéressement, abondement et compte épargne-temps) ;
  • Le compartiment catégoriel est quant à lui alimenté par les éventuels versements obligatoires, de l’entreprise ou du salarié.

Sur le PER individuel (PERIN), seul le compartiment individuel peut recevoir de nouveaux versements. Les deux autres compartiments du PERIN, qualifiés de passifs, ne peuvent être alimenté que par une épargne déjà constituée sur un ancien dispositif. La loi PACTE autorise en effet le transfert de vos anciens plans comme des nouveaux vers le dispositif du PER.

Comment fonctionne le PER Individuel ?

Le PER individuel est destiné à préparer sa retraite, en générant le moment venu des revenus complémentaires ou en rendant disponible un certain capital. Il peut être librement ouvert auprès d’une compagnie d’assurance (PER assurance) ou d’un établissement bancaire (PER bancaire).

Les versements volontaires réalisés sur le PERIN donnent droit à un avantage fiscal. Ils sont déductibles des revenus imposables, dans la limite de 10% des revenus professionnels (32 419 € maximum en 2020) ou de 4 052 € si ce montant est plus élevé que la limite de 10% de vos revenus professionnels. Le rattrapage des plafonds non utilisés les années précédentes est envisageable, tout comme la mutualisation des plafonds entre conjoints. Cet avantage fiscal n’est pas soumis au plafonnement des niches fiscales.

En principe, les sommes versées volontairement sur le PER sont bloquées jusqu’à la retraite. Toutefois, des cas de déblocage anticipé – accidents de la vie et acquisition de la résidence principale – sont prévus.

Que se passe-t-il au moment de la retraite ?

Au moment de la retraite, le capital accumulé par ces versements volontaires – compartiment individuel – est disponible au choix sous la forme d’un capital et/ou d’une rente. Si vous retenez la sortie en capital, les versements volontaires seront soumis à l’impôt sur le revenu et les plus-values seront taxées à la flat tax de 30%. Pour préserver une partie de l’avantage fiscal à l’entrée, il est conseillé de fractionner sa sortie en capital pour limiter sa tranche marginale d’imposition (en théorie plus faible à la retraite).

Si vous optez pour la rente, l’épargne issue de versements déductibles sera imposée à l’impôt sur le revenu après un abattement de 10% (comme les pensions de retraite).

Comment sera géré votre PER individuel ?

Par défaut, le PER profite d’une gestion pilotée. Ainsi votre épargne est automatiquement gérée pour réduire le risque à mesure que l’âge augmente. La gestion est pilotée en fonction de deux paramètres : votre tolérance au risque et votre horizon d’investissement.

Votre gérant privé pourra vous présenter PrimoPER, une solution inédite sur le marché. Issu d’un partenariat entre Oradéa Vie et La Financière de l’Echiquier, PrimoPER est le PERIN conçu par les équipes de Primonial réunissant l’ensemble des plus récentes innovations de Primonial et une offre financière largement diversifiée.